PARTAGER:

Biographie


Chaque être humain a le pouvoir de faire changer les choses à son niveau : c’est parce qu’il en a conscience que Vincent BACH a très tôt fait partie des personnes qui agissent pour faire bouger les lignes, faire évoluer la société.

Et pour agir, il a choisi la plus belle des voies : celle de l’engagement associatif.

Son premier engagement significatif s’est effectué dans le cadre d’organisation des raves parties, dont on entendait beaucoup parler à la fin des années 90.

Les raves étaient alors présentées comme des soirées à hauts risques ; Vincent, qui appréciait la musique techno, électronique, ne voulait pas que l’image des raves se résume à celle de soirées rimant avec débordement.

C’est ainsi qu’en tant que président de la Fédération Nationale des Cultures Urbaines (FNCU), il apporta un soutien concret aux organisateurs de raves en les aidant dans l’établissement, la conception d’une charte de bonne conduite où des règles liées à la sécurité, au respect de l’environnement et à la lutte contre la drogue furent édictées.

Ce fut l’une des premières actions significatives qu’il mena : fort de sa réussite, il décida de poursuivre son engagement associatif en se mettant au service de la jeunesse, et plus précisément des jeunes vivant en zone urbaine.

Ses connaissances en droit et son envie d’améliorer la société l’ont amené à promouvoir un sport urbain qui bien que rencontrant de plus en plus d’adeptes n’est pas reconnu à sa juste valeur.

C’est encore à travers la FNCU qu’il mit sur place différentes actions : à travers le « Parkour Day », il permit de promouvoir jusqu’au Maroc les célèbres parcours urbains (pratique sportive qui consiste à utiliser des obstacles rencontrés en ville, tels un banc, pour effectuer des acrobaties, des sauts alliant esthétisme, originalité et vitesse).

Au-delà de ce rassemblement, il porta surtout une demande à l’Etat français, celle de créer la Ligue française des sports urbains : demande à laquelle la direction des sports du gouvernement s’est dite particulièrement attentive même si les changements de politique ont eu raison de ce projet.

Des idées, des projets pour faire bouger la société, Vincent en recherche sans cesse et les porte avec une énergie débordante.

Aujourd’hui, c’est désormais en tant que Président de l’Association Nationale pour le Droit des Citoyens (ANDC) qu’il agit pour que chacune et chacun d’entre vous puissent grandir, évoluer dans une société où les insécurités et autres incivilités ne règneraient plus.

Son ambition actuelle : créer une commission nationale ouverte à la fois aux citoyens, aux représentants d’associations et aux victimes pour que chacune et chacun puissent faire évoluer la société.

Partager

Écrit par

Rédaction